Journal d'entraînement d'une corneille 5

Publié le par fidelecanin

Journal d'entraînement d'une corneille 5

1er décembre

Aujourd'hui, après presqu'un mois d’absence en entraînement, Kevin semble me reconnaître rapidement à mon arrivée. Il vient vite me voir pour avoir de la viande et un contact amical. Ca annonce bien.

Mon plan d’entraînement se précise. J’aimerais que Kevin vienne rapidement vers moi et se laisse prendre facilement. Tout cela, dans le but de le peser à chaque jour, puisqu’il devra chercher plus sa nourriture dans sa voilière. Nous devons nous assurer qu’il maintient son poids. L’enrichissement de son environnement est aspect important pour la qualité de sa vie en captivité.

Au début, je voulais le faire monter sur une surface antidérapante qui sera ensuite placée sur une balance. Kevin devait rester sur place pendant la pesée. Mais j’ai changé mon approche en y réfléchissant bien. Kevin devra accepter de se faire prendre et placer sur un plateau de pesée dans une demi-boîte ouverte.

Je commence aujourd’hui à mettre des mots sur ses comportements :

  • Quand Kevin avance vers moi, je dis « viens »
  • Quand il monte dans ma main, je dis « up »

Les bons comportements sont marqués au clicker et de la viande de bœuf est utilisée comme récompense.

Le contact physique avec Kevin a été maintenu tout le long de la séance de travail aujourd’hui. Il a été très près de moi sur le plancher de la voilière pendant 60 minutes sur 75. Plus calme et attentif. Je l’ai caressé sur la poitrine au moins 20 fois. Ce qui est une grande amélioration par rapport à la dernière séance.

La patience est de mise cependant. Il est très facile à effaroucher : un geste brusque, un froissement de manteau et il recule de peur. Je dois bouger lentement. Rappelons qu’il est sauvage et très peu socialisé. Mais j’ai développé un truc lorsque je dois bouger ou me déplacer : je siffle comme un oiseau. Cela le garde concentré et calme, Il aime bien mes imitations de chants d’oiseau!

A deux reprises, nous avons entendu une corneille croasser dehors et Kevin est devenu très concentré sur ces cris. Pauvre petit, j’ai eu le cœur gros pour lui… loin des siens, il doit se sentir bien seul…

La suite la semaine prochaine.

Journal d'entraînement d'une corneille 5

Publié dans entraînement