Survivre aux premières nuits avec votre nouveau chiot? Oui, c’est possible!

Publié le par FIDÈLE CANIN

Vous venez tout juste d’accueillir votre nouveau chiot à la maison et vous appréhendez déjà les premières nuits en sa compagnie? C’est normal! Va-t-il pleurer? Hurler? Dormir? À suivre…


Tout d’abord, il faut se rappeler qu’avant d’arriver dans votre maison, votre chiot vivait dans un milieu auquel il était habitué, c’est-à-dire auprès de sa mère, ses frères, ses sœurs et sa famille humaine. Maintenant, il est introduit dans un environnement inconnu avec des odeurs nouvelles et des humains différents pour lesquels la confiance n’est pas encore établie. Tantôt curieux, tantôt anxieux, en plus de ne rien comprendre de ce qu’il se passe et de ce que vous lui dites, votre chiot passera par toute une gamme d’émotions. Malgré le fait que le chien a une capacité d’adaptation assez remarquable, votre chiot vivra tout de même une des périodes les plus troublantes de son existence. Enfin, votre chiot aura de quoi être déboussolé!


Pour bien éduquer un chiot, il est fortement recommandé d’utiliser une cage, et ce, selon moi, jusqu’à au moins 1 an. Toutefois, je précise que le temps d’utilisation peut être variable, selon vos choix et aussi l’évolution d’apprentissage de votre chien. Parce qu’il est essentiel que le chiot apprenne à aimer sa cage (sa petite maison) et qu’elle soit synonyme de plaisir, confort et sécurité, dès les premières heures à la maison, il sera nécessaire de l’associer à des éléments positifs. Dans la cage, on pourra par exemple lui offrir directement ses repas, y cacher des gâteries qu’il aura plaisir à découvrir, lui fournir des jouets, des os à gruger, etc. Étant donné qu’on tentera de favoriser un conditionnement positif par rapport à la cage à l’aide de différents exercices, jeux et activités, il sera important de ne jamais l’utiliser comme lieu de punition, ce qui pourrait créer l’inverse, c’est-à-dire de l’aversion pour celle-ci. Sur le blog de Fidèle Canin, vous découvrirez un article fort intéressant écrit par ma collègue Danielle Gauthier De Varennes à propos de l’utilisation de la cage : La cage....la maison de votre chien!


De préférence, la cage devrait être placée à un endroit accessible au chien et pas très loin de ses humains. Toutefois, pour les premières nuits, celle-ci aura avantage à être rangée directement dans votre chambre, tout près de votre lit. La cage pourra graduellement, au fil de la progression et du succès des nuits de votre chiot, être déplacée à l’endroit que vous aurez prévu et désiré initialement. Pour faciliter la propreté dans la cage, étant donné qu’un chien n’a généralement pas l’habitude de souiller son « nid », il sera préférable de restreindre l’espace à l’aide d’un séparateur.


Alors que certains chiots auront la capacité de se retenir une nuit entière, la vessie d’un chiot a une capacité d’environ 2 heures par mois d’âge. Un chiot âgé de 2 mois devrait pouvoir se retenir jusqu’à 4 heures. Ainsi, il est évident qu’il sera difficile pour lui de se retenir toute une nuit complète durant les premiers mois de sa vie. Il y a de fortes chances que bébé chien vous réveille en pleine nuit pour vous signifier son envie d’aller faire ses besoins!


Ça y est, la nuit est tombée! Alors que les besoins de votre chiot sont comblés et qu’il a suffisamment dépensé d’énergie au cours de la journée, celui-ci est prêt à être confortablement installé dans sa petite maison que vous aurez pris soin d’aménager pour son bien-être. Vous êtes donc prêt pour la nuit … Du moins, pour une partie! Durant cette première nuit, dès que le chiot vous réveillera, vous devrez l’amener tout simplement à l’endroit prévu pour ses besoins. Sans plus ni moins. Aussitôt les besoins faits, vous le récompenserez pour favoriser l’apprentissage de la propreté et vous le déposerez à nouveau dans sa cage pour le restant de la nuit. Cette première nuit vous permettra de savoir pendant combien de temps votre chiot a la capacité de se retenir. Lors de la deuxième nuit, dans le but d’anticiper le moment où le chiot ne pourra plus se retenir, je vous suggère de programmer votre réveil matin selon l’heure à laquelle celui-ci se sera réveillé la veille. Progressivement et selon le rythme du chiot, au fil des nuits, vous pourrez augmenter la durée entre les réveils. De cette façon, le chiot ne devrait pas prendre l’habitude de pleurer ou hurler la nuit pour sortir de sa cage. Toutefois, si le chiot vous sollicite entre les réveils anticipés, ne le sortez pas et tentez de le rassurer de façon simple et discrète, sans plus. Selon la progression de votre chiot à bien dormir la nuit, la cage pourra graduellement (pas trop vite) être déplacée à l’endroit que vous aurez convenu.


Pour conclure, prenez le temps nécessaire avec votre chiot, ne lui en demandez pas trop et permettez-lui de progresser selon son propre rythme. Vous vivrez des fiertés, mais aussi quelques fois des déceptions – c’est normal! Il ne faut surtout pas se décourager. Il faut plutôt persévérer, se questionner, comprendre, trouver des solutions et surtout : être patient.

Sur ce, je vous souhaite une excellente prochaine nuit!

Mélanie Daudelin

Éducatrice et intervenante canine