Amener un chat en sortie avec des chiens: introduction du harnais et à la voiture

Publié le par FIDÈLE CANIN

Depuis l'acquisition de mon chaton Coyote en avril 2017, j'avais dans l'idée de l'amener en sortie avec mes chiens. Vu son tempérament curieux et fonceur, Coyote était le candidat idéal pour cette expérience en compagnie de Panda (border collie) et Louve (golden retriever), qui eux sont toujours partants pour une nouvelle aventure.

Coyote a déjà fait quelques tours en voiture qui n'ont pas toujours été agréables car il était dans une cage. Coyote n'aime pas les cages. Il est habitué à la liberté et aux grands espaces. C'est pourquoi, je présumais que des transports en harnais sécurisé seraient beaucoup plus plaisants pour lui. Et je ne m'étais pas trompée!

Il faut dire que tout d'abord, il y a quelques pré-requis essentiels à cette expérience;

-le chat doit être calme en général;

-le chat et les chiens doivent bien s'entendre;

-les chiens doivent être calmes en voiture;

-l'entraînement doit se faire en renforcement positif, il n'est pas question de forcer ou d'imposer quoi que ce soit au chat;

-on peut débuter l'expérience avec deux humains, ce sera plus facile pour le conducteur!

La première étape fut d'enseigner à Coyote de porter un harnais. Déjà, tout petit (4 mois), on a combiné repas et port du harnais pour que ce soit une expérience positive, bien que le harnais soit bien trop grand pour lui. 

Ensuite, il porta le harnais dehors, lors de ses sorties en autonomie et sous surveillance. Car comme nous restons dans les bois, il y a toujours un risque que le harnais reste coincé quelque part. 

Après avoir laissé explorer  plusieurs fois l'habitacle de la voiture pour y trouver des gâteries,  sans que celle-ci ne soit en marche, Coyoye a fait l'expérience d'être sécurisé à une laisse de 3 pieds sur le pieu de l'appui-tête du passager avant. Impossible pour lui, de venir se réfugier à mes pieds, ce qui serait terriblement dangereux lorsque je suis au volant. Et il n'est pas autorisé non plus à venir sur moi. Il peut soit rester sur le banc du passager avant ou aller sur le banc arrière (il y trouva aussi des gâteries). Les chiens quant à eux étaient attachés à leur harnais dans la dernière partie de l'habitacle. Le chat ne pouvait donc pas s'y rendre. Comme ça, pas d'altercations possibles entre espèces.

Le premier essai routier fut de 30 minutes, Coyote étant âgé de 9 mois. Juste assez pour lui donner le temps de s'adapter au roulis de la voiture. À mon grand étonnement, il préféra aller sur la boîte arrière (boîte qui contient mon matériel de travail). Il semblait apprécier y être couché en hauteur et ainsi, voir le paysage défiler. Il demeura parfaitement calme et semblait très à l'aise! Pas de miaulements, de paniques. Il faut dire que j'ai fait aussi quelques courts arrêts (il a donc expérimenté des claquages de porte, des ouvertures, des verrouillages et déverrouillages électroniques, des démarrages). Je roulais doucement en prenant une petite route de campagne. J'évitais les virages brusques. La prochaine fois, je lui installerai une couverture sur la boîte. Il appréciera encore plus.

Plus on introduira d'expériences positives de la voiture une fois le chaton adolescent, mieux ce sera. Il sera plus difficile de faire vivre cette aventure à un chat qui est déjà adulte ou n'a connu que des expériences négatives des moyens de transport.

Voilà !! Nous sommes maintenant prêts pour de vraies sorties en voiture et en longe avec Coyote. Je suis certaine qu'il va adorer et les chiens aussi. 

 

Danielle Gauthier De Varennes 

Éducateur canin comportementaliste

FIDÈLE CANIN 

Publié dans entraînement, activité

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :